Contexte d’apparition de l’Orphisme

En 1912, Robert Delaunay peint une série de toiles qu’il nomme Fenêtres. Il y développe la couleur et le mouvement :

« …J’eus idée d’une peinture qui ne tiendrait techniquement que de la couleur, des contrastes, mais se développant dans le temps et se percevant simultanément d’un seul coup. (…)Je jouais avec les couleurs comme on pourrait s’exprimer en musique par la fugue ».

Robert Delaunay
Fenêtres ouvertes simultanément (1912) – Tate Gallery – London

C’est Guillaume Apollinaire, qui, séduit par le propos, nomme cette direction artistique par le mot « Orphisme ». Delaunay, lui, préfère le terme de « Simultanisme » en référence à la loi du contraste simultané des couleurs.

Ce mouvement s’inspire du cubisme mais s’en démarque car le spectateur ne retrouve pas l’aspect statique et monochrome. En 1913, l’orphisme devient un mouvement artistique officiel au Salon des indépendants. Peu d’artistes peintres se regroupent sous ce terme (Kupka, Picabia, Léger, Kandinsky…) car ce mouvement sera surtout une passerelle vers l’abstraction.

Les caractéristiques de l’Orphisme

Ce mouvement artistique utilise les phénomènes colorés perçus dans la nature. Les disques et les formes circulaires de Robert Delaunay (1913 – 1914) sont le résultat de la matérialisation de la sensation imprimée sur la rétine après la fixation de la lune ou du soleil. La composition utilise des plans géométriques qui s’interpénètrent. La couleur est le sujet principal du tableau. L’esthétique et abstraite même si parfois certains éléments figuratifs apparaissent. C’est la juxtaposition des couleurs qui crée une vibration qui donne l’impression de mouvement. L’intensité des tons, la superficie des plans et l’opposition des couleurs donnent les sensations d’espaces, de profondeur et de lumière.

Patrick Henry Bruce – Sans titre – Huile sur toile – 45 x 55 cm (18 x 21 in.) : Galerie Fanny Guillom-Laffaille, Paris.

Aux Etats-Unis :

Patrick Henry Bruce (1880 – 1937) fait parti des peintres abstraits des années vingt. En 1912, Morgan Russell (1883 – 1953) et Stanton MacDonald Wright (1890 – 1973) sont influencés par l’Orphisme et inventent le Synchronisme qui sera l’étude des rapports entre la couleur, la lumière et la musique.

Bibliographie : Fride, Carrasat, Marcadé. 1993. Source : Comprendre et reconnaître les mouvements dans la peinture. France Loisir.